Au décès d’un proche, il est important de vérifier si ce dernier a laissé un testament. Ce document contient les informations nécessaires au partage de biens et des legs. Cependant, il n’est valable que s’il est attesté par le notaire ou par un cabinet de notaire agréé. Ainsi, la première chose à faire c’est de contacter le notaire de la famille ou du défunt pour lui informer de la mort de l’individu et pour lui demander le testament. Afin de simplifier la succession ou pour vérifier son équité, les héritiers peuvent consulter le notaire pour effectuer un inventaire du patrimoine. Pour ce faire, cet expert de la succession réalisera une descente en compagnie d’un commissaire-priseur. Après avoir établi une liste des biens, ils détermineront leurs valeurs respectives.

Le partage des biens

Après les funérailles d’un individu, son patrimoine revient à ses descendants. Dans la majeure partie des cas, le notaire envoie une copie intégrale ou un extrait du testament aux personnes concernées. Néanmoins, il arrive qu’il les contacte pour une lecture solennelle (si tel est le désir du défunt) et pour faire le point sur la situation. Le partage du patrimoine sera le principal centre d’intérêt de cette rencontre. Le notaire leur explique également les démarches de la succession et répond aux éventuelles questions.

Les cas où le recours au notaire n’est pas obligatoire

Si l’individu décédé n’a laissé aucun testament, le recours aux services du notaire n’est pas obligatoire. Il en est de même ; pour une succession de faible envergure. Par exemple, si le parent ne possède aucun bien immobilier, il n’est pas nécessaire de passer par un notaire. Dans le cas contraire, il faut faire appel à ce dernier et lui demander de rédiger une déclaration de succession, puis de le remettre au responsable du centre des impôts. Cette opération devra être réalisée dans un délai de 6 mois suivant le décès.

Le notaire et l’acte de l’acte de notoriété

Sans le notaire, l’obtention de ce document n’est pas possible. L’acte de notoriété permet de définir les héritiers. Il est aussi indispensable pour connaître la part de chaque individu. Grâce à l’acte de notoriété, vous pourrez effectuer des transactions sur le compte bancaire du défunt (qui a été bloqué à la mort de celui-ci). Avec ce document, vous pourrez réaliser une mutation de la carte grise du véhicule du décédé.