La gestion de l’immeuble en copropriété est assez délicate sans quelques notions en droit immobilier. Voici les plus essentielles.

 

La gestion des charges de copropriété

Comme tous les biens immobiliers, l’immeuble en copropriété génère des charges. En ce qui concerne les travaux d’entretien, il appartient à l’Assemblée des copropriétaires de définir et de décider du montant définitif des travaux sur la base du devis établi par l’entreprise prestataire. Pour ce qui est des primes d’assurance obtenues suite à un accident, leur montant doit correspondre au dégât perçu, ce qui requiert une réelle honnêteté d’évaluation de la part du syndic. Les charges d’eau, d’électricité et de chauffage doivent être calculées au prorata de la consommation de chaque foyer.

 

La gestion des impayés de loyer

Si l’immeuble est géré par une entreprise spécialisée, le recouvrement des dettes relève de la responsabilité de cette dernière. Néanmoins, selon les dispositions légales, la mise en place d’un protocole de recouvrement de loyer incombe à l’Assemblée des copropriétaires. Ce document fixe les échéances de paiement ainsi que les sanctions personnelles et pécuniaires à appliquer aux locataires récalcitrants. Après l’envoi d’une lettre de mise en demeure à l’intéressé, les membres de l’Assemblée peuvent à tout moment demander l’appui du conseil syndical sur les démarches juridiques à suivre en cas de poursuite pénale ou civile.

 

La gestion financière de l’immeuble en copropriété

Le paiement des charges doit se faire au même rythme que la perception des recettes locatives. De ce fait, la trésorerie doit toujours rester en équilibre et son montant doit être conforme à celui inscrit dans le budget prévisionnel. En outre, le paiement des fournisseurs doit se faire à temps afin d’éviter les dépassements de crédit de nature à perturber les enregistrements comptables. Enfin, les travaux à effectuer doivent faire l’objet d’un accord préalable de la part de chaque propriétaire, notamment sur la somme à engager, le délai d’exécution des travaux et les mesures de maîtrise des coûts imprévus.

 

La gestion des travaux

Pour le bon déroulement des travaux à effectuer, le syndic doit disposer d’un carnet d’entretien retraçant l’état de l’immeuble à chaque visite technique. En effet, l’existence des éventuelles dégradations doit faire l’objet d’un établissement de PV. Celui-ci est à consulter par les membres de l’Assemblée des copropriétaires à chaque réunion. Afin d’éviter les manques de fonds au cours des travaux urgents, il convient d’ouvrir un compte de prévoyance chez une banque ou une caisse d’épargne. Ce dépôt servira de recettes exceptionnelles pour financer les travaux non prévus dans le budget. La sélection de l’entreprise prestataire doit également se faire selon des critères objectifs et unanimes.